Entretien avec Swanie Simon sur la qualité de ses compléments naturels DHN pour chien et chat

Swanie Simon est naturopathe pour animaux, spécialisée dans les plantes médicinales et la médecine traditionnelle chinoise pour animaux.

Elle est également enseignante et transmet son savoir depuis de nombreuses années.

Elle est aussi l’auteure de plusieurs livres sur la nutrition naturelle par le barf dont l’un a été traduit en Français. Il s’appelle « Je nourris mon chien naturellement ».

Finalement, Swanie a fondé une boutique en ligne en Allemagne il y a une quinzaine d’années qui vend des aliments complémentaires naturels pour les chiens et les chats. En France, vous pouvez trouver ses produits ici à la boutique Toutpourchienchat.

Swanie partage sa vie entre sa ferme en Allemagne et sa maison en Provence où elle se ressource. Et c’est ici, en Provence où nous la retrouvons aujourd’hui pour parler de ses aliments complémentaires.

 

Isabelle à Swanie Simon: Pouvez-vous nous en dire plus sur votre parcours de vie et sur la façon dont il vous a mené à devenir herbaliste et à vendre des compléments pour les animaux ?

 

Swanie : Oui ! Comment ai-je commencé ? Tout a commencé quand j’ai eu mon premier chien qui était un golden retriever nommé Mika. Et j’étais très intéressée par la nourriture parce que c’était mon chien et qu’il devait avoir la meilleure alimentation. J’ai donc lu tout ce que j’ai pu trouver sur l’alimentation des chiens. Et puis, à 19 ans, je travaillais dans un chenil à New York et quelqu’un est venu de la société Robert Aberdee dog food company. Il vendait de la nourriture crue et fraîche, et ce plat, un genre de produit sec pour aller avec. Je l’ai essayé et j’ai remarqué que les chiens semblaient aller beaucoup mieux, en meilleure santé, moins de diarrhée, ils semblaient juste apprécier davantage de manger. J’ai donc commencé à les nourrir comme ça et j’allais dans les abattoirs de New York pour obtenir de la viande parce que c’était gratuit. Parce que personne ne se nourrissait cru à l’époque. On pouvait donc avoir toutes les choses qu’ils jetaient gratuitement.

 

Puis en 1987, je me suis envolée pour l’Allemagne pour une exposition canine. J’avais oublié de prendre un livre à lire. Or quelqu’un m’avait donné un livre intitulé The Complete Herbal Handbook for the Dog de Juliette de Bairacli Levy. Et j’avais pensé : « Des plantes? Oui, bof! » et je l’avais posé sur l’étagère. Donc là, comme Je n’avais pas de livre à lire, j’ai vu celui-là et je me suis dit que c’était mieux que rien. Parce qu’à l’époque, il n’y avait ni i-phones, ni tablettes. Vous n’aviez qu’un seul film dans l’avion.

J’ai donc lu le livre deux fois pendant le vol. C’était absolument fascinant parce qu’il ne parlait pas tant des plantes médicinales que de la nutrition et de l’alimentation naturelle des chiens. Elle écrivait des choses avec lesquelles j’étais tout à fait d’accord, trop de vaccinations par exemple. J’ai donc pensé qu’il devait y avoir quelque chose dans cette histoire de plantes. Vous savez, ça m’a donné envie de m’intéresser aux plantes médicinales.

 

Swanie Simon et Juliette de Baraicli Levy, une rencontre inspirante

Swanie avec Juliette de Bairacli Levy

 

Ensuite, je me suis formée chaque fois que j’ai pu. Je n’avais pas d’argent, alors j’ai dû apprendre par moi-même et j’ai cherché des gens qui s’y connaissaient. En fait, j’ai même recherché Juliette de Bairacli Lévy et je l’ai finalement trouvée. Elle a même fini par vivre de nombreuses années dans ma ferme. Elle a donc été ma plus grande source d’inspiration. Et plus tard, quand j’ai commencé à gagner un peu plus d’argent, j’ai commencé à prendre des cours avec des certificats. Et maintenant, c’est moi qui enseigne.

 

Ce qui m’a permis de commencer à travailler dans le commerce des plantes médicinales, c’est qu’à un moment donné, j’ai créé une page internet  sur internet. Je travaillais pour une hotline d’assistance informatique de 16 heures à minuit. Et après 20 heures, il n’y avait plus rien à faire, il ne se passait plus rien. Et je ne connaissais rien aux ordinateurs et à l’Internet. Mais j’avais ce travail. Alors après 20 heures, j’ai décidé de faire une page internet  et les jeunes qui travaillaient avec moi m’ont appris comment faire. Et comme je me demandais « sur quoi puis-je écrire ? », j’ai décidé d’écrire sur la façon dont je nourrissais mes chiens. Et j’ai commencé à recevoir beaucoup de mails de personnes intéressées parce que c’était la seule chose en allemand sur l’alimentation crue et les vaccinations. Alors pour ne pas avoir à répondre aux questions encore et encore et encore, j’ai créé un petit forum. C’était un e-groupe. Il n’existe plus. Je pouvais alors écrire la réponse à une question et les autres personnes pouvaient la lire. Cet e-groupe est donc maintenant un forum qui compte environ 20 000 membres. Nous avons donc déménagé plusieurs fois. J’écrivais dans le forum que je mélangeais des plantes pour mes chiens, du varech, des herbes et des huiles, puis les gens me demandaient si je pouvais leur faire un pot ou deux. Et à un moment donné, j’avais environ 300 pots sur ma table de cuisine et j’ai dû commencer à acheter des choses en gros. C’est là que  j’ai commencé le commerce des plantes médicinales.

En fait, tout a commencé parce que j’avais un chien atteint de dysplasie de la hanche. Et je voulais lui donner un extrait de moule de Nouvelle Zélande. C’était tellement cher et je n’avais pas d’argent. J’ai donc trouvé un endroit où je pouvais acheter 10 kg, puis j’en ai vendu 9 et demi et mon demi-kilo était gratuit. C’est comme ça que toute l’affaire a commencé avec un chien qui avait besoin d’aide.

 

La moule de Nouvelle Zélande (Perna Canaliculus)soulage dans les cas de dysplasie de la hanche chez le chien

 

Isabelle : C’était quand exactement ?

 

Swanie : C’était vers 98-99. Puis j’ai relancé toute l’affaire en 2005. Entre-temps, j’ai été malade pendant un certain temps. J’ai tout relancé et ça a vraiment décollé. Et puis j’ai écrit les livres. Et ça a fait décoller l’entreprise. C’est comme ça que tout a commencé.

 

Isabelle à Swanie Simon: Comment sélectionnez-vous les ingrédients, et pouvez-vous nous en dire plus sur la qualité de vos produits et l’origine ?

 

Swanie : Oui ! Eh bien, je suis très fanatique en ce qui concerne la qualité parce que je constate dans la vie que souvent, quand on achète des choses qui semblent moins chères au début, elles sont plus chères à la fin parce qu’il en faut plus ou qu’elles font plus de mal que de bien. J’ai tendance à faire des recherches sur tous les produits pendant très longtemps avant de les utiliser.

 

Nous essayons d’utiliser des produits biologiques partout où c’est possible, également par principe parce qu’ils traitent mieux la Terre. Nous savons d’où vient chaque herbe, de quel pays, et nous n’achetons donc généralement pas de plantes qui viennent de Chine parce que nous ne pouvons pas être sûrs de la qualité ou de la contamination. C’est pourquoi la plupart des plantes médicinales que nous achetons provient d’Europe. Certaines viennent d’Amérique du Sud, mais la plupart sont européennes. L’orme rouge vient bien sûr d’Amérique.

 

Nous essayons de nous adresser à des entreprises dont nous faisons confiance, dont nous savons qu’elles sont tout aussi soucieuses de la qualité. Nous obtenons des échantillons, nous pouvons les sentir, nous pouvons dire s’ils sont de bonne qualité. Et nous essayons d’utiliser des produits biologiques chaque fois que c’est possible.

 

Certaines plantes ne sont pas de qualité biologique. Pour la plupart des herbes, il n’est pas logique d’utiliser des engrais et des pesticides. Car elles  n’ont pas de bons résultats avec cela. Ce n’est pas un problème aussi important. Mais vous pouvez certainement faire la différence. Certaines plantes que je fais pousser moi-même ou que je récolte à l’état sauvage, la qualité est très différente de tout ce que je peux acheter. Une fois que vous commencez à planter des choses comme le chardon dans des champs, vous obtenez des racines plus grosses mais la qualité n’est pas aussi bonne que ce que vous trouvez dans la nature. Mais bien sûr, il n’est pas possible de produire à l’état sauvage les quantités que nous vendons. Nous essayons donc d’obtenir la meilleure qualité possible.

 

La qualité des plantes sauvages ou plantées dans les champs n'est pas la même

 

Et pour ce qui est des huiles de poisson, nos huiles de poisson proviennent de poissons sauvages. Il y a beaucoup de choses douteuses ou malhonnêtes qui se passent avec les huiles de poisson. Comme le « saumon sauvage » qui peut être élevé.  Le mot « saumon sauvage » signifie simplement que c’est du saumon. Cela ne veut pas dire qu’il vit à l’état sauvage. Il doit être pêché « sauvage » dans la nature. Il y a donc ce genre de petites différences. Vous les apprenez quand vous commencez à vous approvisionner. Notre huile de poisson est donc en fait pêchée à l’état sauvage, et elle provient d’une pêche durable, ce qui signifie qu’ils ne peuvent pas pêcher plus qu’une certaine quantité dans une zone donnée avant de devoir la repeupler partiellement. Ce qui rend l’huile plus chère. Je pense qu’il est important de prêter attention à ces choses.

 

Isabelle : Ils sont respectueux de l’environnement.

 

Swanie : Oui. Nous sommes aussi en train de changer nos emballages aussi, pour être plus écologiques. Ce qui s’avère plus compliqué que prévu, mais nous y arriverons.

 

 

Isabelle à Swanie Simon: En ce qui concerne les mélanges que vous avez conçus, sur quels principes vous êtes-vous basée ?

 

Swanie : Oui ! En gros, quand vous faites des mélanges de plantes médicinales, vous avez généralement une direction spécifique dans laquelle vous voulez que les plantes  aillent. Par exemple le foie, les reins, la peau. Vous avez donc besoin de certaines plantes qui font cela. C’est donc un aspect. Mais vous avez aussi besoin de plantes de soutien. Donc si je veux détoxifier le foie, j’ai besoin de plantes qui font également circuler l’eau dans le corps, donc des lymphatiques, des diurétiques, des choses pour éliminer les déchets du corps et soutenir ces systèmes. C’est la même chose pour les problèmes de peau. Les problèmes de peau sont généralement plus chauds, donc vous allez utiliser plus d’herbes rafraîchissantes. Parce que toutes les plantes ont une énergie : elles sont froides, fraîches, neutres, tièdes ou chaudes.

 

l'énergétique des plantes : elles peuvent être froides, fraiches, neutres, tièdes et chaudes

De plus, si je fais un mélange pour un patient dans mon cabinet, je peux le faire de manière très spécifique pour le chien. Mais quand je vends quelque chose dans le commerce, il faut que ce soit un mélange qui convienne à la plupart des chiens. Il doit donc être neutre du point de vue énergétique. Il ne doit pas être trop chaud, ni trop froid, car certains chiens auraient des problèmes avec ce mélange.

 

C’est donc en gros ce que nous faisons. Nous avons des plantes de soutien. Beaucoup de gens copient notre produit, mais ils mélangent ensuite la même quantité pour chaque herbe parce qu’ils ne comprennent pas comment faire des recettes. Dans certains mélanges, nous avons 1% d’une herbe si elle est très forte, comme l’anis, il y en a très peu. Parce que c’est très fort, donc il faut faire attention à cela aussi.

 

Isabelle à Swanie Simon : Y-a-t’il autre chose que vous aimeriez rajouter pour les personnes qui recherchent des aliments complémentaires pour leurs animaux ?

 

Swanie : Je pense que l’essentiel, que vous achetiez nos produits ou d’autres produits… et aussi que ce soient  des compléments ou de la nourriture, c’est la qualité. Beaucoup de gens ne veulent pas acheter de la viande et des légumes de bonne qualité pour leur chien parce que c’est cher. Mais si vous regardez de l’autre côté, beaucoup de gens ont des animaux avec des dépenses vétérinaires énormes. Ils paient des milliers de dollars ou d’euros en dépenses vétérinaires qu’ils pourraient économiser. Si les bases ne sont pas solides, les compléments ne changeront rien non plus.

 

La qualité de l'alimentation joue un grand rôle sur la santé du chien ou du chat

 

Donc, en général, il faut insister sur la qualité. Aussi, dans nos mélanges de plantes, nous ne rajoutons aucun produit de remplissage, ni de produits bon marché pour augmenter artificiellement le volume. c’est pourquoi il n’en faut pas beaucoup. Nos mélanges de plantes ne contiennent que des plantes. il n’y a rien d’autre dedans, il n’y a pas de produits bon marché pour gonfler nos marges. Nous sommes et restons une petite entreprise.

 

Ce serait donc la chose la plus importante à faire, de dépenser un peu plus à ce niveau. Par exemple, à mon cabinet, Je viens de voir un chien, âgé de deux ans. Il a deux ans et il a déjà reçu 20 fois des antibiotiques ! Vous avez un chien comme ça dans le cabinet, et c’est très difficile de régler ce problème. Et cette femme a dépensé au moins 12 000 euros chez le vétérinaire, alors… Quand on voit les choses sous cet angle, il est beaucoup moins cher de lui donner une nourriture de qualité que de payer toutes ces factures vétérinaires.

Isabelle : sans parler du bien-être du chien.

Swanie : Eh bien oui. Eh malheureusement  ce chien va mourir si elle continue ainsi…

Isabelle : Merci beaucoup Swanie.

Swanie : Merci.

 

 

Tessa, la chienne de Swanie Simon

Tessa, l’âme soeur de Swanie